Un projet pilote de chien guide/écouteur en France

L’Association Chiens Guides Grand Sud Ouest travaille sur un projet novateur en France afin de répondre aux besoins des personnes atteintes du handicap rare de surdicécité : elle forme un chien à double compétence, qui a reçu une éducation de chien guide et de chien écouteur*. Damien Cochard, éducateur de chiens guides, nous explique :

 

Trois personnes debout devant un chien guide allongé

Une illustration : entre 4500 et 6000 personnes sont atteintes de surdicécité en france

 

 

"Tout est parti du constat qu’il existait une demande de personnes sourdes aveugles à laquelle, en France, nous n’étions pas en mesure de répondre. Conseillés par les associations Hearing Dogs et Guide Dogs (référentes en Angleterre depuis 2003), nous avons dû tout créer. La formation des chiens guides/écouteurs dure entre 22 et 27 mois. Nous commençons par la formation du chien guide, puis l’éducation du chien écouteur est abordée. Le chien apprend à réagir à différents sons : sonneries diverses (téléphone, interphone, four…), pleurs d’un bébé ou encore alarme à incendie. Nous sensibilisons également le chien aux ordres gestuels car son futur maître sourd-aveugle communiquera avec lui de cette manière."

 

En juin 2019, la première remise de chien guide/écouteur a eu lieu à Toulouse. Arminda Merzouk, atteinte du syndrome de Usher Type I (surdité associée à une perte progressive de la vision), a fait la connaissance de Mana, son nouveau compagnon de route. Durant 3 semaines, Damien accompagné d’un spécialiste en surdicécité, a appris à Arminda à communiquer avec son chien. « Mana m’apporte beaucoup. À la maison, elle me prévient lorsqu’on frappe à la porte ou dès que mon réveil sonne. À l’extérieur en fonction de la luminosité, mon reste visuel varie : avec Mana, je repère mieux les obstacles. Elle me redonne confiance. Aujourd’hui, elle fait partie intégrante de la famille. »

 

Une autre remise a eu lieu depuis : le 24 janvier 2020, Alain Ringotte, atteint de surdité profonde due à une méningite dans sa petite enfance, a ainsi été formé à travailler avec Nice. Une troisième remise est prévue pour le printemps et devrait permettre de faire le point et tirer des conclusions de ce projet pilote. Une aventure qui ne fait que commencer ?