Les sports accessibles aux personnes déficientes visuelles

Etre aveugle ou malvoyant n’interdit pas la pratique du sport, bien au contraire. La majorité des sports est aujourd’hui adaptée pour les personnes atteintes d’un handicap visuel. Certaines disciplines reconnues aux jeux paralympiques ont même été pensées uniquement pour elles. Présentation de l’univers sportif autour de la déficience visuelle…

 

les disciplines créées spécialement pour les personnes déficientes visuelles

 

deux équipes qui jouent au cécifoot. Un homme est prêt à marque un butLes jeux paralympiques initialement prévus pour 2020 se tiendront à Tokyo à l'été 2021. 22 disciplines figureront au programme dont 12 encadrées par la Fédération Française Handisport

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cécifoot

Cette discipline aussi nommée « football à cinq déficients visuels » est un handisport qui a été créé spécialement pour les athlètes déficients visuels. Introduite en France en 1987, cette activité a été reconnue comme discipline sportive en 1996 et comme sport paralympique en 2004. Un championnat de France est organisé chaque année, auquel participent 12 équipes.

Règles

Cette discipline est divisée en deux catégories : une pour les personnes non-voyantes et une pour les personnes malvoyantes. Les joueurs suivent les mêmes règles que le football classique avec quelques exceptions. Les joueurs ont un bandeau sur les yeux afin d’assurer que tous les participants soient totalement non voyants. Ce sport est pratiqué sur des terrains de handball, entourés de barrières gonflables. Chaque équipe est composée de 4 joueurs et d’un gardien de but voyant. Pour se repérer, les joueurs ont un guide qui leur indique où se situent les cages ainsi qu’un ballon rempli de grelots.

Découvrez les extraits d'un match de cécifoot entre la France et l'Allemagne. 

 

Une équipe qui joue au torball. Les deux joueurs sont allongés par terreL’ASPTT Fédération Omnisports est un réseau de plus de 220 clubs sur l’ensemble du territoire français. Reconnue par le Ministère des Sport, cette association a pour vocation d’offrir une pratique sportive pour tous et à tous les âges de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Torball et le Goalball

Ces deux sports, créés spécialement pour les personnes malvoyantes et non-voyantes, sont populaires aussi bien en France qu’à l’international. Imaginés en 1955 dans un centre de réadaptation pour blessés de guerre, ces sports initialement réservés aux déficients visuels sont devenus accessibles aux voyants à partir de 2005. Il existe aujourd’hui 2 compétitions européennes et 2 mondiales.

Règles

Dans ces deux disciplines, les joueurs doivent marquer le plus de buts possibles avec un ballon sonore et défendre leur cage. Chaque équipe est composée de 3 joueurs qui sont, tour à tour, défenseur et attaquant. Durant un match, les joueurs utilisent tout leur corps pour arrêter le ballon et ne peuvent pas parler entre eux. Les différences entre ces deux sports se font sur la taille du terrain et la durée du jeu qui sont toutes deux plus importantes en Goalball.

Découvrez les extraits d'un match lors des jeux paralympics de Londres en 2012. 

 

les autres activités sportives

 

Deux coureurs, une femme malvoyante qui a un bandeau sur les yeux et son guide

 

La majorité des sports que nous connaissons peut être pratiquée par des personnes déficientes visuelles. Cela leur demande cependant une longue période d’apprentissage. Il leur est ainsi possible de faire de l’escrime ou encore du judo en toute autonomie, mais face à des personnes non-voyantes dans un objectif d’équité. Dans certaines disciplines, les athlètes non-voyants peuvent concourir avec les voyants. C’est le cas de la natation où les records mondiaux des nageurs malvoyants sont comparables à ceux de leurs confrères non handicapés. En aviron et en voile, des embarcations ont été conçues afin que voyants et non-voyants fassent équipe.

Sinon, dans la plupart des activités, les malvoyants sont accompagnés d’un guide. C’est le cas du ski ou encore du cyclisme. Dans les courses d’athlétisme, les athlètes sont guidés par un voyant et le lien est assuré par une cordelette.

 

Mais il reste encore des progrès à faire…Bien que de nombreux moyens soient mis en place et développés pour favoriser l’accessibilité, des progrès restent encore à faire. De nombreux clubs sportifs ne sont pas ouverts aux personnes atteintes d’un handicap et ne favorisent pas la mixité voyants / non voyants dans leurs activités. Une initiative qui permettrait pourtant aux personnes défi cientes visuelles de s’intégrer davantage et de sensibiliser leurs coéquipiers au handicap… Les athlètes handisport nous ont pourtant bien prouvé que leur handicap n’était pas une faiblesse, bien au contraire !